Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2008 6 08 /03 /mars /2008 16:21
100K.JPG

Ca, c'est ce à quoi le monde entier a échappé. 

Sauf vous, fidèles lecteurs, puisque vous bénéficiez de la version director's cut, bonus et scènes coupées inclus.

Dan Simmons a écrit un excellent article sur la question de la photo de l'auteur, soulignant son importance essentielle.

Croyez-le ou non, un élément a priori aussi anodin que votre photo peut rapidement prendre des proportions dont vous ignoriez tout jusqu'au moment où votre éditeur vous demande de lui en communiquer une pour son site internet et plus généralement pour la promotion de votre album.


Evidemment, vous êtes complètement pris au dépourvu. Vous n'y aviez pas pensé une seule seconde pendant toute la réalisation de votre album et du coup, vous vous retrouvez à fouiller vos archives pour dénicher LA photo qui collera parfaitement à ce que vous vous désirez communiquer.


Et là vous passez rapidement en mode gestion de crise de niveau 4: aucune photo préexistante ne remplit les critères que vous avez définis à la volée.

Quels sont-ils ces critères?

Oh, rien de bien sorcier. Il s'agit juste de "faire auteur" sans en avoir trop l'air, d'être un minimum sérieux sans tomber dans la photo de prisonnier, et de paraître sympathique sans être un ravi de la crèche. Et, bien sûr, d'être un minimum joli garçon. En noir et blanc, de préférence. Parce que le noir et blanc, c'est tout simplement la grande classe.

Entre vos photos de vacances en tong sur le bord de la piscine ou de votre dernier Jour de l'An tellement arrosé que vous n'êtes pas sûr d'être à nouveau étanche, votre bref tour d'horizon de ce que vous avez en stock achève de vous convaincre:

Il va falloir en passer par un shoot photo.

Ce sera vite fait, pensez-vous, quelques clic-clac et c'est marre.

Erreur fatale.

D'abord, parce que si vous pensiez que votre photographe - généralement un membre de votre entourage -allait vous lâcher la bride, alors vous vous rendrez vite compte que vous n'y étiez pas du tout. Vous vous retrouvez rapidement trimballé du canapé au balcon, d'un mur de brique dans tel quartier "idéal" pour "ce qu'il vous faut" au salon d'amis.

Ensuite, bien que vous ayiez juste demandé "quelques photos" à votre photographe improvisée, vous avez sous-évalué sa volonté de "faire ça bien" et son entousiasme pour cet aspect très matériel et très pratique, bien plus amusant que vos éternelles questions sur la structure dramatique du sous-texte de l'acte 3 de votre prochain scénario ou même votre demande d'avis sur telle ou telle couleur pour ce projet en cours de réalisation.

Enfin, après avoir été manipulé dans tous les sens à grands renforts "baisse la tête", "tiens toi droit", "ne souris pas comme un niais", "on t'a dit de ne pas bouger", "et si on essayait ton autre profil?" , "ah c'est toi qui a demandé une photo", ou encore "attends j'ai une idée" et autres "ah non cette pose est atroce", alors que vous pensez qu'enfin le cauchemar s'achève, c'est alors que les vrais ennuis commencent.

Il faut sélectionner une photo.

Encore tout déboussolé par la quantité non négligeable de flash qui vous colle à la rétine, vous êtes alors plongé dans une négociation farouche avec votre entourage. Chaque cliché est abondamment commenté, assorti de remarques ironiques - c'est aussi à ça que sert votre entourage, à vous remettre à votre place - et bien entendu, les photos que vous préférez sont précisément celles qu'on vous "refuse".

Finalement, la pression et la fatigue aidant, vous rendez les armes et vous vous rabattez sur une photo plus acceptable, moins m'as-tu-vu. Force est de constater: vous pensiez tout contrôler.

Hé bien vous aviez tort.
La vérité est autre.

Tout cela va vous échapper, en grande partie.

Et si cela peut sembler déroutant au premier abord, ce n'est pas forcément un mal non plus. En effet vous n'êtes pas le meilleur juge quand vous en arrivez à votre image ou tout du moins à ce que vous pensez communiquer de vous. En la matière, rien ne remplacera jamais les recadrages critiques bienvenus de votre entourage.

Alors, me direz-vous, en définitive, quelle photo fut-elle retenue? Car c'est quand même ce que vous attendez tous, c'est même la raison précise pour laquelle vous avez poliment bien que difficilement lu cette note du début à la fin.

La fameuse photo...

... se trouvera bientôt sur le site de Casterman.

Avec ma bio.

Car en effet, au moment où vous pensiez être sorti d'affaire, vous relisez attentivement le mail de votre éditeur et vous découvrez qu'il veut en plus que vous écriviez un topo sur l'auteur. A savoir vous-même.

A côté de ça, la séance photo était une partie de plaisir, croyez-le.

Partager cet article

Repost 0
Published by Henscher
commenter cet article

commentaires

Ed 21/03/2008 15:27

Je viens d'acheter mon exemplaire des Trois frères. Je lirai ce soir. ;)

FloBacri 10/03/2008 23:08

combien ils paient chez casterman pour des photos ex-clu-si-ves de l'auteur, sorties d'archives personnelles...? (si, en fouillant bien!!)... le prix est bien entendu négociable, selon qu'il s'agit de payer pour diffuser ou pour ne PAS diffuser. (gnak gnak)

Nerval 10/03/2008 11:58

On a échappé à la photo du petit Maxime...
Dommage, il parait que ça fait vendre.

Djib 10/03/2008 10:45

Ah, ces VIP BD (Marque déposée...:)), tous les mêmes !

J'aurais voulu être une mouche pour ces scéances photo...
On attend la bio avec impatience !
Et l'album aussi...

Présentation

  • : Le blog de Henscher
  • Le blog de Henscher
  • : Mis à jour de façon aléatoire, Fragments est le champ de tir du scénariste Henscher. Il y traite avec un humour féroce des aléas de la vie d'un scénariste débutant (mais publié). Attention aux éclaboussures de vitriol. Et mettez les patins en entrant.
  • Contact

Recherche