Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2008 1 07 /01 /janvier /2008 22:29
Parfois, on échoue. 
Souvent, même. L'avantage, c'est que c'est garanti de façon quasi contractuelle, et ça ne coûte pas (trop) cher.

Plus rarement, on réussit.
On touche même à une fulgurance, le temps d'une réplique bien sentie, une ellipse particulièrement maîtrisée. C'est évidemment nettement moins garanti.

La plupart du temps, on n'a pas vraiment idée de ce qu'on fait. Ni réellement de pourquoi telle chose marche et telle autre pas. Ou pourquoi tout foire d'un seul et grand coup.

A un moment, on est ravi de recevoir sa première interview, l'instant d'après on se demande bien ce que l'on va pouvoir dire qui soit "dans le bon ton", ni trop, ni pas assez. On est fou de joie à la perspective de la sortie d'un album et puis très vite, on se rend compte qu'on n'est prêt ni pour le succès, ni pour le désastre.

2008, donc.

J'ai une ou deux vagues bonnes résolutions, comme mettre ce blog à jour plus souvent. Ce qui, soyons honnêtes, va représenter un exercice de haute voltige.

Entre le site que nous allons lancer, Fabien et moi, pour la promotion de l'album (grâce au concours de sa chère et tendre, qu'elle en soit remerciée ici), le tome 2 dont je commence l'écriture ( Fabien piaffe déjà d'impatience, à croire qu'il aime se faire violence - note pour plus tard: un dessinateurf fiable est un dessinateur maso), d'autres projets sur lesquels je me fais plus discret mais dont nous reparlerons bientôt, soyez-en sûrs, et en grandes pompes avec ça - c'est pas du 36 fillette ça, mesdames, messieurs - bref, vous avez compris: pas dit que je la tienne, celle-là.

Mais je ferai tout pour. Promis.

Une autre résolution est de vendre 2 projets.
Non, le tome 2 du Seigneur des Couteaux ne compte pas.

Cela veut dire qu'il va falloir cravacher, que ce soit avec l'ami Tarumbana, qui me sort planche éblouissante sur planche éblouissante - promis, on vous montre ça bientôt - avec le sieur Redec, à fond dans le recadrage de strip, parce qu'il est un peu comme ça, le garçon, ou encore Djib', qui va vous étonner, je n'en doute pas, les possibilités sont vastes et les chances de succès sérieuses.

Ou en tout cas existent-elles. Quelque part. Bien planquées. Peut-être. (Ou pas)

Je ne parle pas des tentatives audiovisuelles impliquant Zaz et François Ferracci.

C'est à la fois un peu tôt et pas assez graphique pour en parler maintenant. (C'est l'avantage de la BD: un dessinateur produit de l'image bien plus vite qu'un réalisateur. Je ne vous ai jamais parlé de ces gens bizarres que sont les réalisateurs? Faites-moi penser à vous pondre une note sur le sujet. Ou deux.)

Par contre ça promet de franches rigolades -par exemple: on va directement partir sur un long métrage avec François. Rien que ça. Juste parce qu'on n'a rien d'autre à faire. Estime-t-il. (Quand je vous dis qu'il faut que je vous donne mon point de vue sur les réalisateurs...)

Et je n'inclus évidemment pas les collaborations futures dont j'ignore tout et qui font le sel de ce métier.

2008 va être riche de rencontres, de projets, d'aventures scénaristico-négociatrices, et d'inconnues en pagaille. Une chose est sûre: vous serez les premiers au courant!

Maintenant, assez larmoyé, on se remet au boulot, et on envoie les hectolitres d'hémoglobines promis dans ma dernière note.

Mais avant, je vous souhaite à tous une excellente et très heureuse année 2008!

Ou, pour citer l'excellent Julien Blondel: "Santé, bonheur, et droits d'auteur" à tous!

Partager cet article

Repost 0
Published by Henscher
commenter cet article

commentaires

manu-xyz 10/01/2008 21:32

Cher Henscher,

Les réalisateurs sont-ils des gens bizarres ? Dans ma jeunesse, j'ai fait de la figuration pour une série TV qui ne laissera pas un souvenir impérissable dans les annales de la télé française. D'ailleurs, je ne vais pas la citer, car, comme disent les jeunes : "cé frenchemen tro la onte davoir fé 2 la fig 2den". Une journée de tournage, et mézigue présent sur tous les épisodes : le Fellini au rabais tournait les plans raccords. Il n'y avait rien de sorcier : les figurants devaient se mettre en rond autour des chefs (c'était une série policière), écouter en silence les ordres du chef et partir quand on leur dirait de partir. Hors, pour une obscure raison, le truffaut en solde s'est mis soudainement en colère en disant : "bla bla bla, je ne veux pas que la France entière rigole en voyant... bla bla bla". Grosse colère pour un détail insignifiant qui ne masquait pas l'inconsistance du reste de la série (malgré de bons comédiens qui avaient bien besoin de bouffer et, dont la vedette féminine, fera une carrière brillante par la suite). Le réalisateur donnera quelques signes d'hystéries par la suite : à le voir j'avais l'impression qu'il dirigeait une scène de bataille à la RAN (Kurosawa) avec des centaines de figurants, plusieurs caméras et des conditions climatiques ambiance alerte tempête météo France.

Mais ce n'était rien en comparaison d'un figurant qui n'avait que deux motivations : lécher le cul de tout ce que comptait la production en décideur et appeler les autres figurants à la grève pour n'importe quel prétexte.

Félicitations pour l'album ceci dit =^.°=

Djib 08/01/2008 11:14

"Djib', qui va vous étonner, je n'en doute pas"

La Foi et la patience séculaire de cet homme m'étonneront toujours...

Avec des phrases pareilles, comment ne voulez vous pas avoir une pression horrible sur les épaules ?! :)

Présentation

  • : Le blog de Henscher
  • Le blog de Henscher
  • : Mis à jour de façon aléatoire, Fragments est le champ de tir du scénariste Henscher. Il y traite avec un humour féroce des aléas de la vie d'un scénariste débutant (mais publié). Attention aux éclaboussures de vitriol. Et mettez les patins en entrant.
  • Contact

Recherche