Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2007 2 03 /07 /juillet /2007 23:00
Je n'ai pas de théorie préconçue sur la création des personnages.

Certains les réduisent à 3 lignes, d'autres pondent un roman sur non seulement le personnage en question mais également sur ses ancêtres en remontant jusqu'à la 5ème génération en amont. L'un et l'autre ont leurs avantages comme leurs défauts.

Je pourrais avoir une théorie sur la question, notez. Faudrait pas me pousser beaucoup pour que je vous en ponde une là, tout de suite, sous le coup de l'inspiration. Mais non. Je peux en revanche vous donner ma façon de créer des personnages.

A moins que cela ne définisse le caractère du personnage, je ne donne que très peu de descriptions physiques d'un personnage, à un dessinateur ou à moi-même d'ailleurs. Il y a plusieurs raisons à cela - et non, l'une d'entre elle n'est pasl'excès de cette flemmardise qui me caractérise. (Zacharie, mon retour est à moitié écrit, Fabien, les planches arrivent)

Tout d'abord, la principale raison est que je veux laisser au dessinateur la liberté de s'approprier le personnage, d'y apporter sa touche, son empreinte, de le façonner. Ensuite, la BD étant par essence un médium ne souffrant que difficilement la nuance et les longs développements psychologisants, plus le personnage a été modelé selon une description psychologique, plus sa complexité est visible dans son expression graphique. Enfin, cela permet également d'étalonner le degré de compréhension non pas du dessinateur, mais entre le dessinateur et moi. (En gros, si nous avons la même idée des mêmes notions)

Je donne des indications sur le physique, bien entendu. Il faut un point d'accroche au dessinateur, un profil psychologique complet ne suffirait pas sans quelques pistes physiques. Mais l'essentiel d'un personnage, à mes yeux, se passe dans sa tête. Oui, j'ai bien dit dans sa tête.

Pas dans la votre.

Vous pensez avoir tout prévu, tout plannifié. Vous avez tissé la toile, forcément complexe et admirablement alambiquée, nappée d'un soupçon de cette subtilité dont vous seul(e) savez faire preuve, des relations entre vos personnages. Untel aime Machine qui en pince pour Chose qui a décidé de tuer tout le monde car Bidule a volé le tricycle de son arrière grand-père, le tout sur fond de prémisses d'une guerre civile d'une ampleur inégalée.

Vous saisissez le principe: vous être seul maître à bord après Dieu, et encore, il vous demande votre avis sur tout.
Bref, tout ce beau monde va dérouiller sévère au gré de vos accès démiurgiques qui sentent bon la nécessité de consulter - mais on s'en fout, c'est vous l'auteur.

C'est bien.
Non, vraiment, bravo.
C'est un bon début, en tout cas.

La trame est déroulée avec son lot de scènes bientôt cultes et de grands moments d'émotion culminante. C'est du velours, vous dis-je, vous contrôlez la situation à 150%.

Et puis vous relisez tout ça, et il y a quelque chose qui vous chiffonne. En fait, plus vous fixez votre texte, et plus l'angoisse monte. Au bout d'un moment, vous saturez: ça ne va plus du tout.

Pas de panique. Vous avez juste oublié de demander leur avis aux principaux intéressés.

Non, tonton Henscher n'est pas subitement devenu sénile, il n'a pas perdu la boule après un énième refus par un éditeur de ce chef d'oeuvre qu'il tente de placer depuis des mois, il sait très bien ce qu'il raconte.

Vous avez créé des monstres, et maintenant, il va falloir en assumer les conséquences.

Mais comme on m'a fait remarquer, à bon endroit, que mes notes étaient un peu longues, vous n'aurez la suite que demain. Hé oui, c'est comme ça. C'est mon blog, je fais ce que je veux.

En attendant, lisez La Confrérie du Crabe, c'est une pure merveille. Et pour une démonstration de puissance scénaristique à chaque fois renouvelée, prenez Long John Silver. Dans les deux cas, pouvez y aller les yeux fermés.

Partager cet article

Repost 0
Published by Henscher
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Henscher
  • Le blog de Henscher
  • : Mis à jour de façon aléatoire, Fragments est le champ de tir du scénariste Henscher. Il y traite avec un humour féroce des aléas de la vie d'un scénariste débutant (mais publié). Attention aux éclaboussures de vitriol. Et mettez les patins en entrant.
  • Contact

Recherche