Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2007 2 12 /06 /juin /2007 19:48
Nous continuons notre tour d'horizon des gens que j'aime bien et qui sont bourrés de qualités avec Fabien Rondet.

Oui, je sais.
J'avais annoncé Elbe, mais j'ai décidé de la garder pour la fin, en dessert. Je fais ce que je veux avec mon blog. Non mais.

On pense souvent qu'on ne doit rien à personne. On a un talent, une certaine réussite, même limitée, et on aime se dire qu'on s'est fait tout seul. C'est évidemment particulièrement erroné, et dans mon cas cela l'est d'autant plus que je sais ce que je dois à Fabien.

Fabien et moi avons été introduits par un ami commun, François Ferracci (qui aura droit à sa note cette semaine). Il voulait tenter l'aventure dans la BD après quelques déconvenues avec des éditeurs sur un projet dont il était seul maître d'oeuvre. Ca tombait bien, j'avais un scénario de cyberpunk qui me trottait dans la tête et déjà cette conscience aigüe de mon absence complète du moindre talent artistique. Donc, nous nous lançâmes dans l'aventure Pi, ou la fin du monde en mode binaire. Une sombre histoire de mercenaires dans un futur proche, mettant les pieds dans une dispute entre plusieurs groupes également dangereux, ayant pour objet rien de moins que l'Antéchrist. Ou en tout cas, quelque chose y ressemblant de très près.

En théorie, cela donnait quelque chose dans ce goût:

n-b.jpg

En pratique, après quelques mois de travail acharné, nous nous retrouvâmes fin août 2005, dans notre bar habituel, avec une liste de 14 refus - pas moins - d'à peu près tout ce que l'édition compte de grandes et de moins grandes maisons. Naturellement assez dépités par notre insuccès, nous qui nous nous rêvions déjà en haut de l'affiche, nous en vinmes à nous poser la question de la pertinence d'une autre collaboration, sur un autre projet.

C'est Fabien qui a insisté pour retenter l'aventure. Et moi je n'ai fait qu'accepter. J'avais dans mes cartons une histoire se déroulant à l'époque médiévale en Terre Sainte, mettant en scène des enfants embrigadés par un groupe de meurtriers que tout le monde connait mais dont on sait fort peu, les Assassins.

Là dessus, je suis parti en vacances.

A mon retour, Fabien avait une carte de l'Iran punaisée sur son mur, des livres d'art médiévale calaient ses meubles et colonisaient peu à peu son modeste studio, et il ne dormait déjà plus. 6 mois après, Casterman nous tendait un contrat - pas de cigare, mais je ne désespère pas.

Cela va s'appeler le Seigneur des Couteaux, et la sortie est prévue quelque part début 2008. Je vous dévoile donc en exclusivité presque mondiale la couverture du premier tome, en basse résolution, autant vous prévenir- je l'ai vue en vrai, c'est une petite merveille à laquelle cette image ne fait pas pas honneur.

couteaux-couverture-basse-d.jpg

Et le crayonné définitif de la première planche de l'album:

01-seigneur.jpg

Sans son insistance et son culot, ce projet n'aurait sans doute jamais vu le jour. Et pour cela, je lui suis redvable non pas éternellement, mais facilement sur quelques générations.

Véritable bourreau de travail, il a tombé pratiquement l'intégralité du story-board du premier album en un mois et demi - j'ai également bien cravaché de mon côté, puisque cela devait être dialogué, dans l'optique d'une présentation au comité de lecture de Casterman.

Et pour Fabien, un story-board, cela ressemble à ça:

p1.jpg

Soit donc pratiquement le produit fini.

Eternel perfectionniste, il peut recommencer une case, quand ce n'est pas une planche voire une séquence - si, si - s'il n'est pas satisfait, ou si un de ses trajets en métro lui a inspiré un nouveau découpage, plus efficace. Sur cet aspect, je lui soumets un premier découpage dialogué, puis nous discutons, il fait des propositions, des remarques, et nous tombons d'accord. De fait, nous avons une communication quasi constante, très ouverte, où ni l'un ni l'autre ne craint de formuler une critique. Et cela, croyez-moi, c'est suffisamment rare et précieux pour être souligné.

Fabien a également une idée très sûre de ce qu'il peut faire et ce qu'il ne peut pas faire. Tous les dessinateurs ont des forces et des faiblesses, mais peu savent les analyser correctement pour tirer le meilleur de leur potentiel. De ce côté là, Fabien règle très rapidement la question. Et pourtant, il me surprend à chaque fois en tenant - avec succès - des paris souvent très audacieux de prime abord, qu'il se lance "juste pour voir".

Si la BD demande évidemment du talent et une réelle passion pour ce médium, elle demande aussi du travail. Enormément. Un travail souvent ingrat, solitaire, physiquement éprouvant, fait de sacrifices dont peu imaginent l'étendue quand ils se lancent dans un projet. (Fabien travaille également comme professeur de dessin, il consacre donc tout son temps libre à la BD)

Et Fabien a cette volonté de fer, cette capacité inhumaine à se lever à 5 heure de matin et à aller s'enfermer dans un placard pour ne pas réveiller sa chère et tendre en allumant la lumière, et bosser, bosser, bosser. A l'heure où je fais le mariole sur mon blog, il est encore dessus, et il va y passer son été, sans aucune garantie de succès.

Je crois que c'est lorsque vous êtes capable de cette abnégation sans réserve que vous pouvez réellement dire que vous êtes dessinateur de bande dessinée. Avant cela, vous faites juste joujou avec des crayons.

Et Fabien est un sacré dessinateur de BD, vous aurez bientôt l'occasion de le constater par vous-mêmes. Je suis en tout cas très, très fier de partager cette aventure avec lui, et je lui souhaite de rencontrer un succès à l'aune de son talent: énorme.

Partager cet article

Repost 0
Published by Henscher
commenter cet article

commentaires

Siward 25/02/2008 13:47

Non mais Fabien Rondet il tue, Autant en dessinateur qu'en prof et qu'en tant que personne, Je suis vachement préssé de voir la BD comme beaucoup à l'atelier Hourdé ! On l'a vu parfois bossé comme un ouf !! Ca ne peut qu'être super, quant à l'histoire de ce que j'ai entendu .... Ca risque de plaire à beaucoup, mais ça on en sait rien ça va être la surprise !

En tout cas bonne chance et vous savez qu'avec l'atelier Hourdé vous aurez au moins une bonne dizaine de commande ^^

Présentation

  • : Le blog de Henscher
  • Le blog de Henscher
  • : Mis à jour de façon aléatoire, Fragments est le champ de tir du scénariste Henscher. Il y traite avec un humour féroce des aléas de la vie d'un scénariste débutant (mais publié). Attention aux éclaboussures de vitriol. Et mettez les patins en entrant.
  • Contact

Recherche